Emilien Fleury ou comment bien choisir un surf longboard

[ad_1]

Crédit photo : @J. Barrigao

Il est champion de France 2016 de longboard et nous vient de… Dijon. Pas besoin d’être né près de l’océan pour déchirer en surf et c’est le cas d’Émilien Fleury. À 31 ans, celui qui a posé ses planches dans les Landes lorsqu’il avait 15 ans truste les podiums européens de longboard. Emilien s’est assis avec Akewatu pour parler de son outil de travail quotidien : ses planches de surf.

Emilien, peux-tu nous présenter tes planches de surf ?
Émilien Fleury : Je surfe des longboards shapées par Piccolo Clemente.
J’ai ma board pour les petites conditions, un single 9’3″. J’ai aussi deux autres boards en 9’1 pour les plus grosses vagues, que je renouvelle souvent.

Quelle est ta planche favorite ?
Une planche fétiche, c’est celle que tu peux surfer dans toutes les conditions. Pour ma part, c’est encore une board de Piccolo Clemente. C’était une très bonne planche (nostalgique)… Je dis “c’était” parce-que je me suis pris une vague de face et elle a cassé.

“Comme je dis souvent, les meilleures planches disparaissent beaucoup trop vite…”

Comment définis-tu une bonne planche de surf ?
Dans les longboards, il y a d’un côté les planches traditionnelles, lourdes et larges. Et il y a les boards plus polyvalentes, qui allient maniabilité et manœuvres. Pour moi, une bonne planche me permet d’être agréable sur les nose comme sur les tends.

“C’est le meilleur compromis entre un longboard classique et la réalisation de manœuvres plus modernes.”

Quel est ton meilleur souvenir avec une board ?
Mon meilleur souvenir, c’est lorsque j’ai découvert la côte Basque lors de mes débuts en surf trip avec mes potes. On dormait dans nos housses de surf de Hendaye à Seignosse !

Et ton pire souvenir?
Mon pire souvenir reste le « coup classique » où tu manques de perdre un œil ou un nez. Tu tires le leash et c’est le devant qui vient t’arracher le visage. Pas top, quoi ! Mais c’est aussi le quotidien des surfeurs.

Combien de planches as-tu déjà cassé?
Depuis que je surfe, ça arrive au moins une fois dans la saison. J’ai cassé une longboard de mon quiver, c’était une planche légère donc pas forcément solide.

Quel est ton conseil numéro un pour bien choisir sa planche?
Etre conscient de son niveau et connaître tes objectifs, savoir où tu en es et où tu veux aller. Il ne faut pas se voiler la face, privilégier le plaisir à l’eau et se régaler. Cela ne sert à rien de choisir une board pour sa couleur ou sa belle forme si c’est pour souffrir et se frustrer dans les vagues.

Un mot sur ton shaper, Piccolo Clemente?
Piccolo est extrêmement minutieux, perfectionniste. J’ai l’énorme avantage de pouvoir surfer ses boards car il fait aussi de la compétition, il est sacré deux fois champion du monde en longboard. On a la force d’échanger énormément, ça contribue à améliorer notre surf. On se partage aussi des conseils techniques de shape, c’est un honneur en sachant qu’il est l’un des meilleurs longboarders au monde !

“En général, chaque surfeur pourra te dire que le lien entretenu avec son shaper est primordial.”

Tes conseils pour bien entretenir sa board?
Tout simple : les rincer, les dérives vers le haut, housses, ne pas les laisser au soleil…Surtout les planches en Epoxy.

Émilien Fleury
Lieu de naissance : Dijon
Âge : 31ans
Habite au Pays Basque : Hendaye
Taille : 1m73
Poids : 63kg
Spot préféré : Lafitenia / Parlementia
Type de vague : Point break
Sunrise ou sunset : Sunrise
Style : Regular
Son shaper : Piccolo Clemente

Retrouvez-le sur les réseaux sociaux !

Article rédigé par Diane.



[ad_2]

Laisser un commentaire

Article ajouté au panier
0 Produit - 0,00